Luje en concert au Brise Glace

Découverte

Le 6 octobre dernier, nous nous sommes rendus au Brise Glace (Annecy) pour assister au concert de Luje et supporter l’évènement.

Le rock indé de Luje se caractérise par une musique aérienne tantôt solaire, tantôt nostalgique et des mélodies entêtantes couvertes de fuzz ou de reverb.

Il faut le dire : en live, les mecs assurent, l’énergie est au rendez-vous et le plaisir qu’ils dégagent à être sur scène est communicatif (d’autant que les concerts reprenaient à peine pour cause de Covid). Nous avons même eu droit à quelques titres inédits…

On vous en dit plus juste en dessous puisque l’équipe de Vinylcorner a eu la chance de les rencontrer à cette occasion pour leur poser quelques questions…

Les présentations :

Au sein du groupe on retrouve Kevin à la guitare et au chant, Simon à la basse, Joachim qui fait la guitare, le clavier et les chœurs, Théo au clavier et Valentin à la batterie.

La rencontre et la formation du groupe :

Ils se sont rencontrés grâce à leurs études musicales. D’abord au lycée de Montluçon pour Kevin, Valentin et Simon puis à la Fac pour Joachim et L’ENM pour Théo (l’Ecole de Musique de Villeurbanne). L’idée de faire un groupe est venue assez naturellement ensuite…

Pourquoi le nom Luje ?

Le nom « Luje » est venue par un Google drive avec une grande liste d’idées proposées par les membres du groupe eux même et des amis à eux comme nous l’a expliqué Théo. « L’idée était d’avoir un nom qui ne résonne pas français, pas anglais et qui ne soit pas déjà pris. » 

Enregistrement de l’album et avancée du projet

Si vous vous promenez sur les réseaux sociaux de Luje vous avez surement dû remarquer qu’ils étaient en train d’enregistrer un album, on a hâte d’entendre ça et le groupe nous a éclairés sur le processus de création et l’avancement du projet !

Au départ l’idée était d’enregistrer deux singles puis cela s’est vite transformé en un LP entier.

Théo possède un studio, ce qui a vraiment pu libérer certaines contraintes de temps et permettre aux cinq membres une certaine liberté de l’enregistrement au mixage comme nous l’explique Valentin : « pour notre premier enregistrement on avait une fourchette de temps donc forcément c’est pas la même manière de faire, mais l’une n’est pas forcément mieux que l’autre c’est juste différent ».

Actuellement ils peaufinent le mix et cherchent des partenaires pour supporter le projet comme nous l’évoque Kevin :  « Puisqu’on fait tout nous-même : de l’enregistrement au mixage c’est un peu selon le calendrier des gens aussi du coup ça a un peu plus traîné mais là on en voit le bout on est en train de finir le mix et on cherche des partenaires pour supporter le projet. On y a passé tellement de temps qu’on aimerait faire les choses bien. »

 

Quand ils nous parlent du process d’enregistrement Kevin évoque les Beatles qui est une influence majeure chez eux, c’est-à-dire que comme il nous l’a expliqué, ils ont pu expérimenter et les morceaux ont pu être construits et testés petit à petit directement dans le studio.

 

L’impact du studio d’enregistrement sur le processus de création et le développement des idées

Le studio leur a permis d’explorer un tas de possibilités pour trouver LE son qui leur correspond, sur la  batterie par exemple (différentes peaux, micros etc.)  et de « plus mélanger les étapes (composition, enregistrement, production,  mixage, mastering etc. ) » nous dit Simon.

D’après Théo : « Il y a beaucoup de morceaux où, comme Kevin est compositeur, il est aussi producteur. Quand il amène des idées, il les porte déjà loin et ça ressemble presque à une démo. Du coup même quand t’as une idée d’accords, tu as déjà une idée de quel instrument utiliser, quel matériel etc. donc ça donne une direction et c’est super utile. On peut aller vachement loin comme ça, c’est très perméable. »

 






Le vinyle et Luje

Vous le savez en tant que disquaire en ligne nous étions obligés de poser cette question…

Est-ce que Luje a prévu de presser des vinyles pour son album ?

Les lyonnais sont totalement partants pour presser leur futur album en vinyle. Le fait d’avoir un produit physique à eux dont ils sont fiers mais aussi d’avoir quelque chose à proposer lors des concerts ou à leurs auditeurs est une idée qui les motivent depuis leurs débuts. Jo nous dit : « C’est vrai que y’a plein de dates qu’on a fait, on n’avait rien du tout alors qu’on nous le demandait et c’est dommage pour tout le monde. »

C’est là tout l’intérêt du vinyle, c’est un bel objet… et ça fait des souvenirs !

L’évolution du son de Luje

Le live, les concerts ont influencés le son de Luje comme nous l’explique Valentin et ont permis de resserrer la vision du son qu’ils voulaient. Kevin nous dit que « Esthétiquement ça a bien évolué, changé, ça reste très pop parce qu’on aime tous ça mais y’a un peu plus de grosses guitares maintenant, c’est un peu plus rock qu’avant» et Joachim avoue qu’il « kiffe quand ça tatanne avec des grosses grattes » (rires).

L’importance des concerts et du public

 On a pu voir à quel point Luje étaient tip top en live, l’énergie et l’atmosphère qui émanent de leurs morceaux est vraiment bien retranscrite et on sent en discutant avec eux que les concerts ont influencés certains choix comme nous l’explique Kevin : « Il y a une chanson qu’on appelle « l’autoroute » avec toujours la même batterie assez rapide puis un pont qui marchait pas trop en live ». Du coup cette réaction du public les a poussés à remanier cette chanson qui fonctionne désormais beaucoup mieux et qu’ils se sentent plus à l’aise de jouer.

Théo nous explique aussi que « Quand t’es tout seul et que tu répètes le truc, t’es pas sûr, tu te dis si ça se trouve c’est moi qui me focalise sur des détails mais quand t’es en concert, qu’il y une bonne énergie avec les gens et que ça passe pas bien, tu le sens tout de suite »

Pour Simon « c’est un œil neuf »  et pour Valentin « Il y a des morceaux particulièrement efficaces en live » comme leur ingé son leur a fait remarquer avec Hang on qui est pourtant un titre qu’ils jouent et qu’ils ont composé il y a un petit moment déjà ! 

 

Quels sont les inspirations du groupe ?

Ce qui fait la richesse artistique de Luje c’est aussi leurs influences qui sont très diverses, chaque membre apportant vraiment sa touche à l’édifice et cela se ressent dans leur musique qui possède quelque chose d’unique.

 "Les Beatles sont une influence commune à tous" nous explique Kevin tout comme Diiv qu’ils ont apprécié dernièrement. La vague shoegaze a pas mal inspiré le groupe comme nous l’évoque Simon qui nous a cité Dearhunter, My Bloody Valentine…

De son côté Joachim écoute peu de rock indé mais plus de la funk, du folk, de l’électro et même des trucs plus classiques venant de son apprentissage de la guitare classique « J’adore jouer avec Luje mais c’est pas la musique que j’écoute, il y a 4-5 ans je savais pas ce que c’était qu’une pédale d’effet... »

Puis Théo ajoute qu’il « faisait de l’électro (de la drum & bass notamment) et n’écoutait pas de guitare » avant de se joindre a Luje. Tandis que Valentin faisait du métal et avoue qu’il « ne savait que taper fort sur une batterie ».

C’est ce mélange d’influences aussi diverses soient-elles qui contribuent au rock accrocheur des cinq Lyonnais que vous retrouverez au sein de leur prochain LP.

 

 

On espère que cet article vous aura permis d’en savoir plus sur Luje, en tout cas nous, on a passé un très bon moment que ce soit grâce à leur prestation scénique au sein d'un superbe lieu qu'est le Brise Glace mais aussi parce qu’ils sont très sympathiques, alors si vous êtes curieux on vous conseille d’aller écouter le groupe Lyonnais et de rester à l’affut pour leur disque qui devrait sortir prochainement !

Luje sur Facebook  Le Brise Glace

Commentaires

Laissez un commentaire