Le Dub

Découverte

L'histoire du Dub, de ses origines à nos jours.

Le Dub est un genre musical à part. Grâce à ses origines bien sûr mais aussi à cause de l’influence qu’il a eu sur une foule de styles musicaux différents.

La légende voudrait que le Dub soit né à cause d’une erreur de pressage : un soliste ne serait pas venu enregistrer sa partie et le disque a tout de même été pressé par mégarde. Résultat, lorsqu’il a été diffusé en soundsystem, une longue plage uniquement rythmique est apparue et a déclenché la folie des danseurs ! Rapidement ces versions instrumentales (appelées tout simplement « versions » dans le milieu du reggae) sont devenues le pendant obligatoire en face B du morceau chanté de la face A.

Chose étonnante, ce ne sont plus les musiciens, les DJ (comprendre ceux qui sont au micro dans les soundsystems, et non pas aux platines comme dans le rap ou l’electro) ou même les patrons de label qui seront les stars de cette révolution Dub mais bel et bien des producteurs / ingénieurs de studios.

King Tubby & Augustus Pablo

Des noms se détachent rapidement : King Tubby (qui mourra tragiquement alors qu’il se fait cambrioler) et Lee ‘Scratch’ Perry alias The Upsetter, atteint d’une folie douce qui le verra brûler son propre studio en 1983 ! A eux deux ils expérimenteront une multitude d’effets et de sons divers pour agrémenter leurs dubs, en jouant littéralement avec la console de mixage. Si ils ont eu leur période la plus créative dans les 70’s, leurs disciples (King Jammy, Scientist, Mad Professor) ont continué à perpétuer la tradition derrières leurs consoles. Et c’est bien là une révolution : le studio est considéré comme un réel instrument et non plus comme un simple outil technique pour enregistrer un titre. Ça vous rappelle quelque chose ?

Et oui, le studio comme outil de création est devenu la base de toute la musique électronique, la plupart des productions de rap et de pas mal d’enregistrements de rock qui sortent des sentiers battus, voire même de la grande variété que l’on entend à la radio... Cette musique qui provient probablement d’une boulette en studio a crée une nouvelle façon d’aborder la création musicale !

Studio Lee Scratch Perry

On ne compte plus le nombre d’artistes et de styles musicaux qui ont largement été influencés par le Dub. De Massive Attack aux Clash, de Kool Dj Herc à la scène drum & bass, de la techno la plus dure aux Beastie Boys, de Can à Andrew Weatherall, ils ont tous été d’une manière ou d’une autre touchés par le Dub et cela se ressent dans leurs propres productions - que ce soit via l’utilisation des effets, la proéminence de la rythmique, les collages sonores ou le côté « décharné » du son.

Si la France, contrairement au Royaume-Uni, n’a pas de diaspora jamaïcaine et n’a donc pas la « culture soundsystem », de nombreux groupes se sont approprié le genre avec leurs propres codes. High Tone, Improvisators Dub, Zenzile ou Brain Damage pour n’en citer que quelques-uns sont tous issus d’une scène rock indé qui s’est emparé du Dub comme d’un jouet que l’on peut démonter et remonter à l’infini. Et c’est tant mieux car c’est exactement l’esprit du genre !

Reggae selector

Si il a eu un revival assez marqué à la fin des 90’s/début 00’s, le Dub repointe le bout de son nez dans nos bacs de vinyls depuis quelques temps... Des artistes se sont lancés dans l’expérience, on pense notamment à Tommy Guerrero par exemple avec un disque D.I.Y très réussit. Mais aussi le superbe mini LP de Jay Glass Dubs, sorti uniquement en cassette, et qui vient d’être réédité en LP via DFA. Quelques labels ont également la bonne idée de ressortir des classiques du genre, notamment le son steppa typique UK des 90’s avec Alpha & Omega, The Disciples ou Zion Train, de même qu’African Head Charge et une bonne partie du catalogue On U-Sound d’Adrian Sherwood. Pour être (à peu près) complet sur le sujet il faut tout de même dire un mot de la scène dub techno qui jouit d’une vitalité certaine. Dans les pas des travaux du duo Maurizio dans les 90’s, de nombreux artistes proposent ce mélange unique de techno épurée aux basses lourdes et aux ambiances enfumées : on pense notamment à Basic Channel, Rhythm & Sound, Rod Modell/DeepChord ou Deadbeat.


VINYLES DUB

Commentaires

Laissez un commentaire